Emplois du temps

Cours de la fin août à la mi-décembre (semestre 1)

 

Descriptif : Ce cours vise à montrer comment les littératures et le cinéma francophones ordonnent des relations différenciées aux grandes problématiques de

l’identité, de la culture, et proposent des discours complexes et ambivalents sur la question des nations et des sociétés.

Ce cours pourra être assuré par M. Arino ou par V. Magdelaine-Andrianjafitrimo et M. Arino.

→ Partie du cours assurée par V. Magdelaine-Andrianjafitrimo (sous réserve): « Colonisation, décolonisation et francophonie littéraire »

Cette partie du cours rappellera quelques points et notions historiques indispensables à la compréhension de ce qu’est la francophonie littéraire née dans des

zones et des situations conflictuelles. Elle s’appuiera pour cela sur la présentation d’un mouvement poétique et politique particulier, mené par Aimé Césaire, Léopold-

Sédar Senghor et Léon-Gontran Damas, la négritude. L’Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française de Senghor, (assortie de sa préface par

Sartre) est à parcourir. Parmi les ouvrages généraux sur les littératures francophones on consultera en priorité l’ouvrage de référence de Dominique Combe, Les

Littératures francophones : questions, débats, polémiques, Paris, PUF, coll. «Licence », 2010.

→ Partie du cours assurée par M. Arino : « identités, cultures et sociétés »

La partie du cours de M. Arino proposera une initiation à la littérature québécoise (en lien avec le cinéma québécois) et visera à étudier la question de la condition des subalternes et des marginaux ainsi que la possibilité qu’ils fassententendre leurs voix. Le corpus étudié en cette année 2018-2019 sera composé de la pièce de théâtre Tom à la ferme (2012) de Michel-Marc Bouchard et de son adaptation cinématographique par Xavier Dolan en 2013. Il pourra être complété par l’étude des Fous de Bassan d’Anne Hébert (1982), éventuellement en lien avec son adaptation au cinéma par Yves Simoneau (Les Fous de Bassan, 1986).

 

Bibliographie

- Arino, Marc, « L’amour-à-mort dans le théâtre gai québécois depuis 1980 », in En quête d'une litté-rupture : imaginaire et modernité.

Mélanges offerts à Marie-Lyne Piccione (dir. M. Arino et G. Peylet),

Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, « Eidôlon », n° 88, septembre 2010, 246 p., p. 55-71.

- Bishop, Neil-B., Anne Hébert, son oeuvre, leurs exils, PU Bordeaux, «Etudes critiques », 1995.

- Lectures d’Anne Hébert. Aliénation et contestation (collectif), Fides, U. de Sherbrooke, 1999.

- Morel, Pierre (éd.), Parcours québécois. Introduction à la littérature du Québec, Cartier, 2007 : www.coursquebec.

info/images/stories/PDF/parcoursquebecoisintrolitterature2007.pdf

- Paterson, Janet M. et Saint-Martin, Lori (dir.), Anne Hébert en revue, Presses de l’Université du Québec / Voix et images, 2006.

- Rivière-Lechat, Louise, « Du drame théâtral au thriller anxiogène :

l’adaptation audacieuse de Tom à la ferme de Michel-Marc Bouchard par

Xavier Dolan », mémoire de recherche en Master 2 recherche, « Lettres »,

soutenu en juillet 2015 sous la direction de M. Arino.

- Rivière-Lechat, Louise, « Tom à La Ferme, de la pièce au film : une réécriture audacieuse d’une tragédie en thriller », in « La réécriture au

21ème siècle : études cartographiques des passages entre les oeuvres » (dir. M. Arino et B. Letellier), T(r)opics n°3, décembre 2016, article disponible

à l’adresse : tropics.univ-reunion.fr/accueil/numero-3/etudescartographiques-

des-passages-entre-les-oeuvres/louise-anne-rivierelechat/

La lecture des documents qui seront envoyés par internet en septembre 2018 est fortement conseillée. 

 

Ce cours aborde un ensemble de questions liées à l'histoire, la société et la culture de La Réunion et de l’océan Indien. Il est organisé en séances thématiques qui concernent notamment : le peuplement, l'organisation sociale, politique et économique, les pratiques culturelles et religieuses, la création artistique... L'objectif est d'offrir une initiation généraliste favorisant la compréhension des enjeux historiques et contemporains de La Réunion et de l’océan Indien (les Mascareignes et les Seychelles, Madagascar et l’Inde). Des sorties culturelles pourront être organisées lors du cours.

A travers des séances de 3 heures et une sortie d’une journée sur le terrain (un samedi à préciser) les thèmes suivants seront abordés : éléments de géographie, éléments d’histoire, les nouveaux défis réunionnais, langue et culture créoles de l’océan Indien, musique/textes, religions et croyances, littérature orale, contes et légendes.

L’évaluation prendra la forme de la rédaction d’une fiche de lecture et d’un dossier personnel sur son expérience culturelle réunionnaise.

 

Bibliographie

Andoche Jacqueline, Williams-Wanquet Eileen et Watin Michel (dir), Identités, migrations et

territoires dans l’Océan Indien, Université de la Réunion/Epica Editions, 2014

Aubourg Valérie, Christianismes charismatiques à l’île de la Réunion, Karthala, 2014

Barat, Christian, Nargoulan, Editions du Tramail, 1989

Benoist, Jean, Hindouismes créoles, Paris, Editions du CTHS, 1999.

Cherubini, Bernard (dir.), Le monde rural à La Réunion, Paris, L’Harmattan, 1996.

Cohen, Patrice, Le cari partagé. Anthropologie de l’alimentation à La Réunion, Paris, Karthala, 2000

Dumas – Champion, Françoise, Le mariage des cultures à La Réunion, Paris, L’Harmattan, 2008.

Eve Prosper, Ile à peur. La peur redoutée ou récupérée des origines à nos jours à la Réunion, Océan Editions, 1992

Géraud, Jean-François, Les esclaves du sucre. Ile Bourbon – 1810 – 1848,

CRESOI/Université de La Réunion, 2008.

Ghasarian, Christian (dir.), Anthropologies de La Réunion, Paris, Edition des Archives Contemporaines, 2008

Marimoutou – Oberlé, Michèle, Les engagés du sucre, Saint-André, Océan Editions, 1999

Pourchez, Laurence, Grossesse, naissance et petite enfance en société créole (Ile de La Réunion)Paris, Karthala/ CRDP Réunion, 2002

Samson, Guillaume, Lagarde, Benjamin & Marimoutou, Carpanin, L’Univers du maloya.

Histoire, ethnographie, littérature. Saint-Denis, Editions de La DREOI, 2008.

Scherer, André, La Réunion, Que sais-je ?, Paris, PUF, n° 1846, 1998.

Wolf, Eliane & Watin, Michel, La Réunion : une société en mutation, Paris, Economica/Anthropos, 2010.

Le programme du cours de créole langue orale du semestre 2 est similaire à celui du semestre 1. Il a pour objectif d’initier les étudiants étrangers au créole réunionnais.

Il s’adresse aux étudiants qui n’ont pas suivi l’UE au semestre 1 (des dérogations peuvent être accordées aux étudiants inscrits à l’année, selon les résultats obtenus au premier semestre à l’évaluation en créole langue orale).

Cet enseignement a pour objectif d’initier les étudiants étrangers au créole réunionnais.

Même si la production sera travaillée, cette initiation sera avant tout axée sur la compréhension orale, habileté langagière incontournable pour une meilleure appréhension de la société réunionnaise.

A partir de différentes thématiques (ex : relations humaines, repas, identité, humour…), nous aborderons divers actes de paroles qui permettront de comprendre des conversations de la vie quotidienne autour de :

- la description des goûts personnels, de l’humeur, des sentiments,

- les salutations

- la description de traits physiques, de caractères, d’espace - le récit d’évènements,

- les relations d’appartenance,

- les spécialités culinaires,

- la faune et la flore locale,

- etc.

Le travail se fera surtout à partir de documents authentiques tels que des chansons, des sketches, des extraits d’interventions radiophoniques, des proverbes, des devinettes, en suivant les principes de l’approche communicative. Une sortie pédagogique sur un site patrimonial de l’île est également prévue.

Les étudiants seront invités à contribuer à l’élaboration des points de langue par des « enquêtes » de terrain auprès de la population locale et des réflexions personnelles et collectives sur le fonctionnement de la langue créole. De manière générale, les compétences des étudiants en langue française serviront d’appui, dans une perspective contrastive.

THEME (du français vers l’anglais)

Les textes choisis sont extraits principalement de romans et de nouvelles et sont d’une grande variété : narratifs, descriptifs, dialogués ; classiques (Dumas, Flaubert), modernes (Modiano), ou policiers (Vargas, Grangé, Simenon). Une importance est accordée à l’acquisition du lexique de base de la traduction littéraire, mais aussi à des notions traductologiques de base (étude préalable du texte et du paratexte, des temps verbaux, de la syntaxe, du dialogue, de la ponctuation, etc.).

 

VERSION (de l’anglais vers le français)

Les textes choisis sont exclusivement tirés de romans et nouvelles contemporains (2ème moitié du XXème siècle à nos jours). Les extraits peuvent être purement narratifs, descriptifs, dialogués ou mêler dialogue, description et récit. La méthodologie de la traduction, des rappels portant sur la syntaxe et la grammaire française ainsi que l'enrichissement du lexique des étudiants complètent l'entraînement proprement dit à la version. Au début du semestre, un test d'évaluation permet de déterminer le niveau des étudiants en français et de constituer deux groupes de TD. Lors du contrôle final, chaque groupe d'étudiants se voit proposer un texte à traduire correspondant à son niveau.

Objectifs d’apprentissage généraux

Les objectifs communicatifs et linguistiques généraux correspondent aux compétences décrites dans le CECRL (Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues).

Il s’agit d’améliorer ou d’approfondir les compétences de compréhension et d’expression orales et écrites en français, et de préparer les étudiants aux exigences universitaires françaises :

- Maîtriser les compétences communicatives langagières en situation de communication authentique

- Consolider et approfondir les notions grammaticales

- Acquérir, consolider ou approfondir les outils lexicaux en fonction des thèmes abordés, des documents, et des besoins des apprenants

- Améliorer la prononciation et l’intonation

- Acquérir ou améliorer les méthodes de travail universitaire

Le programme est susceptible d’être modifié selon le niveau de maîtrise de la langue du public concerné.

 

Supports de cours

Documents authentiques écrits, audio et vidéo, reportages concernant l'actualité, extraits de films, articles de journaux, extraits d’ouvrages de littérature, extraits de manuels de FLE, fiches méthodologiques (FLE et FOU), sites d’apprentissage en auto-formation en ligne etc.

Les supports de cours sont différents d’un semestre à l’autre.

 

Répartition des groupes

Les étudiants sont répartis en groupes de niveau à la suite d’une évaluation diagnostique en début de session semestrielle.

Créés pour une différenciation de l’apprentissage, les groupes de niveau correspondent à des objectifs différents, avec des volumes horaires adaptés aux besoins.

 

 Au semestre 1 :

- groupe 1 - niveaux B1.1 et B1.2 - intermédiaire

- groupe 2 - niveaux B1.2 et B2.1 - intermédiaire avancé

- groupe 3 - niveaux B2.2 et C1 - avancé

FLE (30h TD)

 

Objectifs communicatifs principaux

- caractériser des personnes et des objets

- rédiger un courrier

- rapporter les paroles d’autrui

- évoquer son parcours

- savoir évoluer dans le milieu universitaire français

- relater un événement

- demander et donner des informations

- donner ses impressions

- participer à un débat

- exprimer une opinion

- parler de ses voyages

- demander et négocier

- être autonome dans la vie quotidienne

 

Objectifs linguistiques principaux

 

Consolider et maîtriser les notions grammaticales

- les articles et déterminants

- les prépositions et adverbes de localisation et de déplacement

- révision des temps et modes

- les temps du passé

- les pronoms relatifs

- la comparaison

- le discours rapporté

- l’accord du participe passé

- les verbes pronominaux

- la forme passive

- l’expression de la cause et la conséquence

- l’expression du but

- les pronoms Y et EN

- les articulateurs logiques

- l’expression des sentiments

- la concession et l’opposition

 

Acquérir et consolider les outils lexicaux en fonction des thèmes abordés, des documents, et des besoins des apprenants

Améliorer la prononciation et l’intonation FOU (10h TD)

 

Objectifs : acquérir les méthodes de travail universitaire

- l’argumentation

- l’enchaînement des idées

- la méthodologie de l’exposé

FLE (26 h TD)

 

Objectifs communicatifs principaux

- Exposer un problème

- rédiger un courrier

- exprimer des impressions

- nuancer son opinion

- demander des précisions

- exprimer son intérêt

 

Objectifs linguistiques principaux

 Approfondir les notions grammaticales

- révision des temps et modes

- les temps du passé

- l’expression de la durée

- les articulateurs de temps

- l’accord du participe passé

- les verbes pronominaux

- l’hypothèse et la déduction

- le participe présent et le gérondif

- le but

- la certitude et le doute

- la concession et l’opposition

- les pronoms et la double pronominalisation

- les articulateurs logiques

- le souhait

- la mise en relief

- le commentaire d’informations

- les registres de langue

 

 Approfondir les outils lexicaux en fonction des thèmes abordés, des documents,

et des besoins des apprenants

 Améliorer la prononciation et l’intonation

 

FOU (10h TD)

 

Objectifs : approfondir les méthodes de travail universitaire

- l’argumentation

- l’enchaînement des idées

- la méthodologie de l’exposé

- la méthodologie de la dissertation

FLE (10 h TD)

 

Objectifs communicatifs principaux

- rédiger un courrier

- argumenter

- exprimer des impressions

- participer à un débat, convaincre

- nuancer son opinion

 

Objectifs linguistiques principaux

 Approfondir les notions grammaticales

- les registres de langue

- les temps du passé

- l’expression de la durée

- les articulateurs de temps

- l’accord du participe passé

- les verbes pronominaux

- les articulateurs logiques

- le commentaire d’informations

- l’hypothèse et la déduction

 

 Approfondir les outils lexicaux en fonction des thèmes abordés, des documents,

et des besoins des apprenants

 Améliorer la prononciation et l’intonation

FOU (16hTD)

 

Objectifs : approfondir les méthodes de travail universitaire

- l’argumentation

- l’enchaînement des idées

- la méthodologie de l’exposé

- la méthodologie de la dissertation

- la méthodologie de la synthèse

- l’hypothèse et la déduction

- Approfondir les outils lexicaux en fonction des thèmes abordés, des documents,

et des besoins des apprenants

Améliorer la prononciation et l’intonation.

Cours à partir de la fin janvier (semestre 2)

 

Descriptif : Dans un entretien inclus dans le dossier de la revue L’Avant-scène cinéma (mars 2013) consacré à son film Les Adieux à la Reine (2012), Benoît Jacquot affirme :

« Je me place à rebours d’un certain type de cinéma. Ou d’un certain nombre de cinéastes, que je peux admirer par ailleurs, qui cherchent non seulement à magnifier le passé, mais à le rendre encore plus « passé » qu’il n’est pour donner l’impression d’un monde clos, définitif, que leurs films exploreraient comme une sorte de monde à part, obéissant à des lois étranges ou lointaines. Je les appelle des cinéastes “antiquaires”. » (p. 6)

Benoît Jacquot chercherait ainsi « à donner au passé une présence telle que l’on puisse, le temps de la projection, ressentir ce passé comme étant présent » (ibid.).

C’est aussi le cas de réalisateurs comme Patrice Chéreau, Andrzej Zulawski, Christophe Honoré ou Bertrand Tavernier, via leurs adaptations de La Reine Margot (1845) d’Alexandre Dumas (par Chéreau, 1994), de La Princesse de Clèves (1678) et de La Princesse de Montpensier (1662) de madame de La Fayette (par Honoré, La Belle personne, 2008 ; Andrzej Zulawski, La Fidélité, 2000 ; Tavernier, La Princesse de Montpensier, 2010).

 

Il s’agira donc dans ce cours :

- d’étudier la question de l’adaptation d’une œuvre littéraire au cinéma, appliquée aux nouvelles ou aux romans, classiques de la littérature française, de Madame de La Fayette ou d’Alexandre Dumas ;

- d’analyser les nouvelles dynamiques de représentation de la condition de la princesse de Montpensier, de la princesse de Clèves ou de la « reine Margot » ;

- d’étudier également la façon dont les réalisateurs projettent le spectateur à la cour ou au cœur de son envers (la sphère privée des personnages princiers ou royaux ; les pathologies dont ils souffrent ; leurs rapports avec leurs serviteurs et la condition de ces derniers), comme si ce passé « était présent » ;

- d’analyser aussi tous les dysfonctionnements et les travers de ces milieux où les «Grands » sont mus par des « passions » dévorantes et destructrices : amour et amourpropre, frivolité extrême, volonté de pouvoir, ambition, démesure, … ou empowerment chez certains personnages féminins, attrait forcené pour la révolte et l’autodestruction, … ;

 

Corpus (2 oeuvres et 2 films sur 6 étudiés en fonction des années) :

Chéreau, Patrice, La Reine Margot, 1994.

Dumas, Alexandre, La Reine Margot, 1845.

Honoré, Christophe, La Belle personne, 2008.

Madame de La Fayette, La Princesse de Clèves (1678) et La Princesse de Montpensier (1662).

Tavernier, La Princesse de Montpensier, 2010.

Zulawski, Andrzej, La Fidélité, 2000.

 

Bibliographie :

Aknin, Laurent, Analyse de l’image. Cinéma et littérature, Pocket, 2005.

Bensoussan, David, La Princesse de Clèves, Ellipses, « 40/4 », 2000.

Chéreau, Patrice et Thompson, Danièle, La Reine Margot. Un film de P. Chéreau.
Scénario et adaptation
, Grasset, 1994.

Cleder, Jean, Entre littérature et cinéma : les affinités électives : échanges,

conversions, hybridations, A. Colin, 2012.

Craveri, Benedetta, Reines et favorites. Le pouvoir des femmes, Adelphi Edizioni,

2005 (Gallimard, 2007 pour la traduction française par Eliane Deschamps-Pria).

Delon, Gaspard et Provini, Sandra, Chéreau. La Reine Margot, Atlande, 2015.

Dumont, Renaud, De l’écrit à l’écran. Réflexions sur l’adaptation

cinématographique, L’Harmattan, 2007.

Gaudreault, André, et Groensteen, Thierry, (dir.), La Transécriture : pour une théorie

de l'adaptation : littérature, cinéma, bande dessinée, théâtre, clip, Nota Bene, 1998 ;

Goliot-Lété, Anne et Vanoye, Francis, Le Cinéma, Nathan, « Repères pratiques »,2007.

Goliot-Lété, Anne et Vanoye, Francis, Précis d’analyse filmique, Nathan université, «

128 », 2003.

Journot, Marie-Thérèse, Le Vocabulaire du cinéma, Armand Colin, « 128 », 2006.

Levillain, Henriette, La Princesse de Clèves, Gallimard, « Foliothèque », n° 46, 1995.

Leutrat Jean-Louis, (dir.), Cinéma et littérature, le grand jeu. 1 et 2, De l’Incidence,

2010 et 2011.

Malandain, La Princesse de clèves, PUF, « Etudes littéraires », 1989.

Mercier, Andrée et Pelletier, Esther, L’Adaptation dans tous ses états, Nota Bene,

1999.

Plana, Muriel, Roman, théâtre, cinéma : adaptations, hybridations et dialogue des

arts, Bréal, 2004.

Serceau, Michel, L'Adaptation cinématographique des textes littéraires : théories et lectures, Ed. du CÉFAL 1999.

Tavernier, Bertrand, La Princesse de Montpensier [scénario], Flammarion, 2010.

Van Sijll, Jennifer, Les Techniques narratives du cinéma, Eyrolles, 2006.

Vanoye, Francis, L'Adaptation littéraire au cinéma, Armand Colin, 201.

Des analyses du roman La Princesse de Clèves sont disponibles à l’adresse

rene.pommier.free.fr/Princesse.htm

Dossier pédagogique sur la nouvelle La Princesse de Montpensier à consulter à l’adresse lewebpedagogique.com/blog/fiche-pedagogique-madame-de-lafayette-la-princesse-de-montpensier/

Dossier de presse du film La Princesse de Montpensier à consulter sur le site www.studiocanal.com

 

La lecture des documents qui seront envoyés par internet courant février 2019 est fortement conseillée.

 

Ce cours aborde un ensemble de questions liées à l'histoire, la société et la culture de La Réunion et de l’océan Indien. Il est organisé en séances thématiques qui concernent notamment : le peuplement, l'organisation sociale, politique et économique, les pratiques culturelles et religieuses, la création artistique... L'objectif est d'offrir une initiation généraliste favorisant la compréhension des enjeux

historiques et contemporains de La Réunion et de l’océan Indien (les Mascareignes et les Seychelles, Madagascar et l’Inde). Des sorties culturelles pourront être organisées lors du cours.

 A travers des séances de 3 heures et une sortie d’une journée sur le terrain (un samedi à préciser) les thèmes suivants seront abordés : éléments de géographie, éléments d’histoire, les nouveaux défis réunionnais, langue et culture créoles de l’océan Indien, musique/textes, religions et croyances, littérature orale, contes et légendes.

L’évaluation prendra la forme de la rédaction d’une fiche de lecture et d’un dossier personnel sur son expérience culturelle réunionnaise.

 

Bibliographie

Andoche Jacqueline, Williams-Wanquet Eileen et Watin Michel (dir), Identités, migrations et

territoires dans l’Océan Indien, Université de la Réunion/Epica Editions, 2014

Aubourg Valérie, Christianismes charismatiques à l’île de la Réunion, Karthala, 2014

Barat, Christian, Nargoulan, Editions du Tramail, 1989

Benoist, Jean, Hindouismes créoles, Paris, Editions du CTHS, 1999.

Cherubini, Bernard (dir.), Le monde rural à La Réunion, Paris, L’Harmattan, 1996.

Cohen, Patrice, Le cari partagé. Anthropologie de l’alimentation à La Réunion, Paris, Karthala,

2000

Dumas – Champion, Françoise, Le mariage des cultures à La Réunion, Paris, L’Harmattan,

2008.

Eve Prosper, Ile à peur. La peur redoutée ou récupérée des origines à nos jours à la

Réunion, Océan Editions, 1992

Géraud, Jean-François, Les esclaves du sucre. Ile Bourbon – 1810 – 1848,

CRESOI/Université de La Réunion, 2008.

Ghasarian, Christian (dir.), Anthropologies de La Réunion, Paris, Edition des Archives

Contemporaines, 2008

Marimoutou – Oberlé, Michèle, Les engagés du sucre, Saint-André, Océan Editions, 1999

Pourchez, Laurence, Grossesse, naissance et petite enfance en société créole (Ile de La Réunion)Paris, Karthala/ CRDP Réunion, 2002

Samson, Guillaume, Lagarde, Benjamin & Marimoutou, Carpanin, L’Univers du maloya.

Histoire, ethnographie, littérature. Saint-Denis, Editions de La DREOI, 2008.

Scherer, André, La Réunion, Que sais-je ?, Paris, PUF, n° 1846, 1998.

Wolf, Eliane & Watin, Michel, La Réunion : une société en mutation, Paris,

Economica/Anthropos, 2010.

Le programme du cours de créole langue orale du semestre 2 est similaire à celui du semestre 1. Il a pour objectif d’initier les étudiants étrangers au créole réunionnais.

Il s’adresse aux étudiants qui n’ont pas suivi l’UE au semestre 1 (des dérogations peuvent être accordées aux étudiants inscrits à l’année, selon les résultats obtenus au premier semestre à l’évaluation en créole langue orale).

Cet enseignement a pour objectif d’initier les étudiants étrangers au créole réunionnais.

Même si la production sera travaillée, cette initiation sera avant tout axée sur la compréhension orale, habileté langagière incontournable pour une meilleure appréhension de la société réunionnaise.

A partir de différentes thématiques (ex : relations humaines, repas, identité, humour…), nous aborderons divers actes de paroles qui permettront de comprendre des conversations de la vie quotidienne autour de :

- la description des goûts personnels, de l’humeur, des sentiments,

- les salutations

- la description de traits physiques, de caractères, d’espaces

- le récit d’évènements,

- les relations d’appartenance,

- les spécialités culinaires,

- la faune et la flore locale,

- etc.

 

Le travail se fera surtout à partir de documents authentiques tels que des chansons, des sketches, des extraits d’interventions radiophoniques, des proverbes, des devinettes, en suivant les principes de l’approche communicative. Une sortie pédagogique sur un site patrimonial de l’île est également prévue.

Les étudiants seront invités à contribuer à l’élaboration des points de langue par des « enquêtes » de terrain auprès de la population locale et des réflexions personnelles et collectives sur le fonctionnement de la langue créole. De manière générale, les compétences des étudiants en langue française serviront d’appui, dans une perspective contrastive.

Les cours du 2e semestre de traduction littéraire sont distincts et complémentaires des cours dispensés au 1er semestre : les bases de la traduction sont traitées chaque semestre mais les supports de traductions proposés et les notions détaillées sont différents. Les étudiants étrangers accueillis à l’année ont ainsi la possibilité de perfectionner leurs apprentissages en traduction et les étudiants présents uniquement au second semestre peuvent bénéficier de bases de traduction.

THEME (du français vers l’anglais), 15 heures

Les textes choisis sont extraits principalement de romans et de nouvelles et sont d’une grande variété : narratifs, descriptifs, dialogués ; classiques (Dumas, Flaubert), modernes (Modiano), ou policiers (Vargas, Grangé, Simenon).

Une importance est accordée à l’acquisition du lexique de base de la traduction littéraire, mais aussi à des notions traductologiques de base (étude préalable du texte et du paratexte, des temps verbaux, de la syntaxe, du dialogue, de la ponctuation, etc.).

VERSION (de l’anglais vers le français), 15 heures

Les textes choisis sont exclusivement tirés de romans et nouvelles contemporains (2ème moitié du XXème siècle à nos jours). Les extraits peuvent être purement narratifs, descriptifs, dialogués ou mêler dialogue, description et récit. La méthodologie de la traduction, des rappels portant sur la syntaxe et la grammaire française ainsi que l'enrichissement du lexique  des étudiants complètent l'entraînement proprement dit à la version. Au début du semestre, un test d'évaluation permet de déterminer le niveau des étudiants en français et de constituer deux groupes de T.D. Lors du contrôle final, chaque groupe d'étudiants se voit proposer un texte à traduire correspondant à son niveau.

Objectifs d’apprentissage généraux

Les objectifs communicatifs et linguistiques généraux correspondent aux compétences décrites dans le CECRL (Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues).

Il s’agit d’améliorer ou d’approfondir les compétences de compréhension et d’expression orales et écrites en français, et de préparer les étudiants aux exigences universitaires françaises.

  • Maîtriser les compétences communicatives langagières en situation de communication authentique
  • Consolider et approfondir les notions grammaticales
  • Acquérir, consolider ou approfondir les outils lexicaux en fonction des thèmes abordés, des documents, et des besoins des apprenants
  • Améliorer la prononciation et l’intonation
  • Acquérir ou améliorer les méthodes de travail universitaire

Le programme est susceptible d’être modifié selon le niveau de maîtrise de la langue du public concerné.

Supports de cours

Documents authentiques écrits, audio et vidéo, reportages concernant l'actualité, extraits de films, articles de journaux, extraits d’ouvrages de littérature, extraits de manuels de FLE, fiches méthodologiques (FLE et FOU), sites d’apprentissage en auto-formation en ligne etc.

Les supports de cours sont différents d’un semestre à l’autre.

Répartition des groupes

Les étudiants sont répartis en groupes de niveau à la suite d’une évaluation diagnostique en début de session semestrielle.

Créés pour une différenciation de l’apprentissage, les groupes de niveau correspondent à des objectifs différents, avec des volumes horaires adaptés aux besoins.

Au semestre 2 (effectif d’étudiants moins important):
- groupe 1 - niveaux B1.1 et B1.2 - intermédiaire
- groupe 2 - niveaux B2.1, B2.2 et C1 - intermédiaire avancé

Français Langue Etrangère (24 heures)

Objectifs communicatifs principaux

  • caractériser des personnes et des objets
  • rédiger un courrier
  • rapporter les paroles d’autrui
  • évoquer son parcours
  • savoir évoluer dans le milieu universitaire français
  • relater un événement
  •  demander et donner des informations
  • donner ses impressions
  • parler de ses voyages
  • participer à un débat
  • exprimer une opinion
  • demander et négocier
  • être autonome dans la vie quotidienne

Objectifs linguistiques principaux

  • Consolider et maîtriser les notions et les outils grammaticaux
    • les articles et déterminants
    • les prépositions et adverbes de localisation et de déplacement
    • révision des temps et modes
    • les temps du passé
    • les pronoms relatifs
    • la comparaison
    • le discours rapporté
    • l’accord du participe passé
    • les verbes pronominaux
    • la forme passive
    • l’expression de la cause et la conséquence
    • l’expression du but
    • les pronoms Y et EN
    • les articulateurs logiques
    • l’expression des sentiments
    • la concession et l’opposition
  • Acquérir et consolider les outils lexicaux en fonction des thèmes abordés, des documents, et des besoins des apprenants
  • Améliorer la prononciation et l’intonation

Français sur Objectifs Universitaires (8 heures)

Acquérir les méthodes de travail universitaire :

  • l’argumentation
  • l’enchaînement des idées
  • la méthodologie de l’exposé

Français Langue Etrangère (18 heures)

Objectifs communicatifs principaux

  • exposer un problème
  • argumenter
  • rédiger un courrier
  • exprimer des impressions
  • nuancer son opinion
  • participer à un débat, convaincre
  • exprimer son intérêt

Objectifs linguistiques principaux

  • Approfondir les notions et les outils grammaticaux
    • révision des temps et modes
    • les temps du passé
    • l’expression de la durée
    • les articulateurs de temps
    • l’accord du participe passé
    • les verbes pronominaux
    • l’hypothèse et la déduction
    • le participe présent et le gérondif
    • le but
    • la certitude et le doute
    • la concession et l’opposition
    • les pronoms et la double pronominalisation
    • les articulateurs logiques
    • le souhait
    • la mise en relief
    • le commentaire d’informations
    • les registres de langue
  • Approfondir les outils lexicaux en fonction des thèmes abordés, des documents, et des besoins des apprenants
  • Améliorer la prononciation et l’intonation

Français sur Objectif Universitaire (8 heures)

Objectifs : approfondir les méthodes de travail universitaire

  • l’argumentation
  • l’enchaînement des idées
  • la méthodologie de l’exposé
  • la méthodologie de la dissertation
  • la méthodologie de la synthèse