LE 29/10/2020  - Ce plan de Continuité et d'Activité Pédagogique sera actualisé en fonction de l'évolution de la situation sanitaire

 

Plan de Continuité Pédagogique et d'Activité

Version 2.1

Ce Plan de Continuité Pédagogique (PCP) et d'Activité (PCA) vise à donner les consignes utiles à la poursuite de l’activité pédagogique en cette période de crise. Il a été construit avec les services de l’établissement concernés sur la base des recommandations reçues du Ministère de lʼEnseignement supérieur, de la Recherche et de lʼInnovation.

Dans la mesure où ces recommandations sont mises à jour régulièrement, ce PCP évoluera en parallèle. Il est donc important de se tenir informé.

Les mises à jour sont affichées en marron. 

mis à jour 01/04/2020 11h30

1 - Je suis étudiant

Les enseignements se poursuivent en ligne sur les plateformes de l’université ou d’autres plateformes. En cas de besoin, un accompagnement à distance est proposé sur la page https://www.univ-reunion.fr/formation/accompagnement-peda-etudiants

Un dispositif alternatif est à l’étude pour proposer une solution aux usagers ne pouvant pas accéder aux contenus pédagogiques en ligne. Il sera nécessaire de se tenir informé par les équipes pédagogiques concernées de la disponibilité des supports et activités pour chaque cours.

Il est rappelé que les Bibliothèques Universitaires (BU) proposent des livres et revues en ligne accessibles gratuitement aux usagers étudiants. Le portail des BU est la porte d’entrée de ces contenus : https://bu.univ-reunion.fr/ .

La consigne en matière de formation est la même que pour le public en formation initiale. La problématique en terme d’émargement (à distance) se pose et est en cours de réflexion au niveau national. Pour les apprentis comme pour tout public en formation continue, les enseignements et examens en présentiel à l'université sont suspendus. Les apprenants comme leur entreprise seront informés des nouveaux calendriers de formation. Dans cette attente, les apprenants concernés devront rejoindre leur entreprise. Si celle-ci est en activité partielle, ils en bénéficieront au même titre que les autres salariés. Leur rémunération sera maintenue.


 1.2.1 Comment procéder pour l'émargement des apprenants dans le cadre des formations à distances ?

La loi du 5 septembre 2018 a assoupli le formalisme en termes de preuves de l’action de formation, ce qui facilite la mobilisation de la formation à distance par rapport au cadre juridique antérieur.

L’art R 6313-3 du code du travail dispose que « la réalisation de l'action de formation composant le parcours doit être justifiée par le dispensateur par tout élément probant ».

L’art. D6113-3-1 du code du travail dispose que : « la mise en œuvre d’une action de formation en tout ou partie à distance comprend : 1° une assistance technique et pédagogique appropriée pour accompagner le bénéficiaire dans son parcours de formation, 2° une information du bénéficiaire sur les activités pédagogiques à effectuer à distance et leur durée moyenne, 3° des évaluations qui jalonnent et concluent l’action de formation ». 

 Il faut donc dissocier deux volets pour la formation à distance :

  1. La formation à distance doit être encadrée et implique notamment une assistance pédagogique ainsi que des évaluations intermédiaires et/ou finale. 
  2.  L’effectivité de la formation à distance est prouvée par un « faisceau d’indices », dont la preuve de l’assiduité de l’étudiant est un élément.

Ces éléments permettent de démontrer la réalité de la formation, de son suivi et de son efficacité (évaluation et certification des savoirs et compétences), et donc de justifier de sa réalisation auprès des financeurs.


1.2.2 L’attestation d’assiduité devient le “certificat de réalisation”.

Pour établir l’assiduité d’un alternant à des séquences de formation tout ou en partie à distance, sont pris en compte :

  1. Les justificatifs permettant d’attester de la réalisation des travaux exigés ;
  2. Les informations et données relatives au suivi de l’action, à l’accompagnement et à l’assistance du bénéficiaire par le dispensateur de la formation ;
  3. Les évaluations spécifiques, organisées par le dispensateur de la formation qui jalonnent ou terminent la formation ;

Un exemple de « certificat de réalisation » permettant de repérer les éléments probants qui peuvent être retenus peut être téléchargé ici : [Format OpenDocument (LibreOffice) ODT]  [Format MS Word DOCX]  [Format PDF] » 

Il est fortement conseillé aux intervenants de conserver toutes traces de l’enseignement à distance qu’ils mettent en place et les échanges avec les étudiants en vue d’éventuels contrôles ultérieurs des organismes financeurs.

 Selon les dispositifs de financement mobilisés, les éléments probants de la réalisation de l’action de formation sont les suivants : 

  1. Pour les financements de formation via un OPCO, les certificats de réalisation remplacent  les attestations de présence. Il n’existe pas de document type (cf. art 1 de l’arrêté du 21 décembre 2018 relatif aux pièces nécessaires au contrôle de service fait mentionné à l'article R. 6332-26 du code du travail) et chaque OPCO est en cours de formalisation de son propre modèle. Se référer aux sites des OPCO
  2. Pour les financements dans le cadre du compte personnel de formation (CPF) classique, assurés par la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), la liste des éléments justificatifs demandés aux prestataires de formation est mentionnée dans les Conditions Générales d’Utilisation (CGU) du CPF (https://www.moncompteformation.gouv.fr/espace-public/conditions-generales-dutilisation)

Si on se situe dans le cadre du CPF de transition, financé par une commission paritaire interprofessionnelle régionale (CPIR), les modalités de justification de la preuve de l’action de formation définies selon l’effectif de l’entreprise qui emploie le salarié sont données dans l’article R. 6323-10-4 du code du travail. 

 

Pour rappel, les stages ne sont pas des contrats de travail. Les stagiaires ne doivent pas occuper des postes de travail ni remplacer des employés. Ils ne relèvent pas des plans de continuité des entreprises, n’étant pas nécessaires à la poursuite d’activité.

Le travail à distance est la règle impérative pour toutes les activités qui le permettent.


1.3.1 Stages en cours : poursuite ou non du stage

Sont en cours, les stages pour lesquels une convention originelle de stage a été signée, que le stage ait ou non débuté.

1.3.1.1 Stage réalisé dans une zone à risque

Lorsque le stage est réalisé dans une zone à risque, la direction de la composante de formation ou le responsable de service comme les stagiaires concernés peuvent demander la transformation du stage en stage à domicile si celui-ci est hors zone à risque (voir 1.3.3). A défaut de la mise en place du stage à domicile dans ces conditions, l'université informera la structure d'accueil au titre du stage (entreprise, institution, association, etc.) de la fin anticipée du stage, par simple dénonciation de la convention, selon les stipulations de celle-ci. L'évaluation du stage se fera selon les aménagements pédagogiques retenus par la CFVU.

1.3.1.2 Stage réalisé hors zone à risque

Lorsqu'il n'est pas réalisé dans une zone à risque, le stage se poursuit : les stagiaires doivent néanmoins se rapprocher de leur tuteur professionnel dans la structure d’accueil au titre du stage (entreprise, institution, association, etc.) pour demander le bénéfice si possible d'un stage à domicile (voir 1.3.3) ou obtenir d’autres consignes. Conformément à l’article 8 de la convention de stage type éditée par l'Université, si le télétravail ou équivalent est prévu dans l’organisme d’accueil, il s’impose au stagiaire.

Pour les stages non éligibles au travail à distance, les règles de distanciation doivent impérativement être respectées au sein de l’entreprise.

Il est de la responsabilité des entreprises de repenser leurs organisations pour :

  • Limiter au strict nécessaire les réunions
  • Limiter les regroupements de salariés  dans des espaces réduits
  • Annuler ou reporter les déplacements non indispensables
  • Adapter l’organisation du travail, notamment grâce à la rotation d’équipes

Toute modification autre que la fin anticipée de stage donnera lieu à la signature par les parties d'un avenant à la convention initiale de stage. 

En cas de report de la fin de stage, l’article 9 de la convention de stage type éditée par l'université prévoit notamment que « […] Pour toute autre interruption temporaire du stage (maladie, absence injustifiée…) l’organisme d’accueil avertit l’établissement d’enseignement par courrier. Toute interruption du stage, est signalée aux autres parties à la convention et à l’enseignant référent. Une modalité de validation est mise en place le cas échéant par l’établissement. En cas d’accord des parties à la convention, un report de la fin du stage est possible afin de permettre la réalisation de la durée totale du stage prévue initialement.  Ce report fera l’objet d’un avenant à la convention de stage. » 

L'avenant à la convention de stage originelle se réalise selon les modalités suivantes :

  • Si l’avenant peut être fait au moment de la modification des conditions de stage : cet avenant peut être fait par voie électronique ou scan. Les signatures scannées ont la même valeur que les signatures originales dès lors que l’identité des signataires est avérée, conformément aux articles 1366 et suivants du code civil.
  • Si l’avenant ne peut pas être fait au moment de la modification des  conditions de stage : des échanges de courriels entre l’étudiant stagiaire, l’organisme d’accueil (a minima le maître de stage) et l’établissement d’enseignement (a minima le tuteur enseignant) peuvent valider les modifications et seront à confirmer par signature d’un avenant.

La fin anticipée du stage se fera par simple dénonciation de la convention, selon les stipulations de celle-ci.

L'évaluation du stage se fera selon les aménagements pédagogiques retenus par la CFVU.


1.3.2 Stages à venir

1.3.2.1 Stage à venir dans une zone à risque

Lorsque le stage à venir est réalisé dans une zone à risque, la direction de la composante de formation ou le responsable de service comme les stagiaires concernés demandent la mise en place d'un stage à domicile si celui-ci est hors zone à risque (voir 1.3.3). A défaut, la réalisation du stage n'est pas possible.

1.3.2.2 Stage à venir hors zone à risque 

Compte tenu des conditions dans lesquelles le stage devra se dérouler, la direction de la composante de formation ou de service peut :

  • Signer la convention de stage (que le stage s’effectue à distance ou, à défaut, en présentiel) et ne pas modifier ses modalités de contrôle des connaissances
  • Reporter l’exécution du stage en modifiant les modalités de contrôle des connaissances
  • Neutraliser le « module stage » en modifiant là encore les modalités de contrôle des connaissances 

1.3.3 Stage à domicile

Le « stage à domicile » (« ou stage à distance ») est une poursuite possible du stage. L'objectif d'un stage est surtout celui d’une acquisition de compétences professionnelles et de mise en œuvre des acquis de la formation (article L. 124-1 du Code de l’éducation ). En période de pandémie, il est possible de permettre à l ’étudiant d’effectuer son stage en dehors d’un milieu professionnel entendu strictement (article L. 124-15 du Code de l’éducation). La composante de formation veillera à toujours conserver un contact avec son étudiant et s’assurera que celui-ci assure toujours sa mission en lien avec l’organisme d’accueil au titre du stage. Il est alors conseillé de mettre en place des dispositifs permettant de sensibiliser autant que possible l’étudiant à tout ce qui constitue habituellement un environnement professionnel. 

Le stage à domicile est possible dès lors 

  • Que le stagiaire soit, quoique à domicile, sous l’autorité de l’organisme d’accueil au titre du stage
  • Que le stagiaire se conforme aux dispositions de la convention de stage sans vaquer librement à ses occupations
  • Que l’ensemble des parties signataires de la convention de stage soit d’accord

La transformation du stage en stage à domicile ou son report nécessite un avenant à la convention de stage originelle :

  • Si l’avenant peut être fait au moment de la modification des conditions de stage : cet avenant peut être fait par voie électronique ou scan. Les signatures scannées ont la même  valeur que les signatures originales dès lors que l’identité des signataires est avérée, conformément aux articles 1366 et suivants du code civil.
  • Si l’avenant ne peut pas être fait au moment de la modification des conditions de stage : des échanges de courriels entre l’étudiant stagiaire, l’organisme d’accueil (a minima le maître de stage) et l’établissement d’enseignement (a minima le tuteur enseignant) peuvent valider les modifications et seront à confirmer par signature d’un avenant.

Pour ce qui concerne les stages à venir, la mise en place des stages à domicile est possible en remplissant de la manière suivante la convention type de stage mise à votre disposition par l'université de La Réunion :

  •  Page 1, dans la rubrique "organisme d'accueil", pour "Lieu du stage (si différent de l’adresse de l’organisme)", indiquer : LE STAGE EST REALISE AU DOMICILE DU/DE LA STAGIAIRE (voir adresse du/de la stagiaire ci-dessous).
  • Page 1, dans la rubrique « sujet de stage », compléter de la manière suivante :
    Et correspondant à 0 Jours de présence effective dans l’organisme d’accueil.  

Répartition si présence discontinue : 0 nombre d’heures par semaine ou nombre d’heures par jour (rayer la mention inutile). 

 Commentaire : LE STAGE EST UN STAGE A DOMICILE

  • Page 2, dans l’article 3, « Modalités du stage », indiquer :
    La durée hebdomadaire de présence du (de la) stagiaire dans l’organisme d’accueil sera de  0 heures sur la base d’un temps complet/ temps partiel (rayer la mention inutile),

1.3.4 Obligations des organismes d’accueil et des établissements d’enseignement supérieur en matière de mise en cause de la santé ou de la sécurité du stagiaire

Aux  termes de l’article L. 124--‐14 du Code de l’éducation,l’organisme d’accueil ne peut confier de taches dangereuses pour sa santé ou sa sécurité au stagiaire. Sur ce fondement, la responsabilité de l’organisme d’accueil pourrait être recherchée si les consignes de sécurité liées à la pandémie n’étaient pas mises en place ou suffisamment respectées.

Aux termes de l’article L. 124--‐17 du Code de l’éducation, l’établissement d’enseignement supérieur doit effectuer un signalement aux inspecteurs du travail en cas de mise en cause, par l’organisme d’accueil, des conditions de sécurité et de santé du stagiaire.


1.3.5 Aménagements pédagogiques possibles pour les stages

Les aménagements pédagogiques possibles pour les stages sont arrêtés par la CFVU parmi les options suivantes :

  • validation de tout ou partie du stage. 
  • neutralisation de l’«UE stage», y compris lorsque son existence était prévue par la réglementation (DUT, LP, diplôme d’ingénieur), avec modification des modalités de contrôle des connaissances
  • accompagnement de l’étudiant le plus rapidement possible, pour trouver un autre lieu de stage ou un autre projet tutoré (hors zone à risques)
  • report et déplacement de la période de stage, en différant au besoin les dates des soutenances et des jurys d’année ou de diplômes (solution qui ne doit pas pénaliser l’étudiant dans son projet de poursuite d’études post-formation). Selon l'Art. L.  124-15 de la loi no 2014-788 du 10 juill. 2014, art. 1er-I-8o), lorsque le stagiaire interrompt sa période de formation en milieu professionnel ou son stage pour un motif lié à la maladie, à un accident, à la grossesse, à la paternité, à l'adoption ou, en accord avec l'établissement, en cas de non-respect des stipulations pédagogiques de la convention ou en cas de rupture de la convention à l'initiative de l'organisme d'accueil, l'autorité académique ou l'établissement d'enseignement supérieur valide la période de formation en milieu professionnel ou le stage, même s'il n'a pas atteint la durée prévue dans le cursus, ou propose au stagiaire une modalité alternative de validation de sa formation. En cas d'accord des parties à la convention, un report de la fin de la période de formation en milieu professionnel ou du stage, en tout ou partie, est également possible
  • stage à domicile 

1.4.1. Dispositions générales

Pour tous les étudiants en mobilité (études ou stages) à l’étranger et, plus encore pour les étudiants hors UE, la recommandation du MEAE et du MESRI est celle d’un retour anticipé.

Qu’ils poursuivent ou non leur mobilité, tous les étudiants à l’étranger doivent dès à présent s’inscrire sur le fil ariane du Ministère de l’Europe et des affaires étrangères pour recevoir les informations nécessaires et les consignes de sécurité de ce dernier : https://pastel.diplomatie.gouv.fr/fildariane/dyn/public/login.html

S’agissant des dispositions pédagogiques, il faut distinguer les hypothèses suivantes :

  • Pour les étudiants en mobilité sortante d’études et de stage en cours :
    • Etudes : en cas de maintien de la mobilité par l’étudiant-e, poursuite des études selon les modalités de l’établissement d’accueil.
    • Stage : Il appartient aux composantes dont les étudiants sont en stage à l’étranger et à la DRI pour les étudiants en mobilité encadrée de prendre contact avec ces publics et de convenir avec les étudiants de leur mode de retour en France.
  • Pour les étudiants en mobilité sortante d'études ou stage qui sont revenus de façon anticipée :
    • Etudes : poursuite avec des enseignements en ligne sur les plateformes de l’université ou d’autres plateformes. En cas de besoin, un accompagnement à distance est proposé sur la page https://www.univ-reunion.fr/coronavirus-faq.
      L’établissement d’origine met en œuvre les dispositifs appropriés et validés par la CFVU, afin d’éviter que ces étudiants ne soient pénalisés dans leur parcours de formation à leur retour, du fait de la non finalisation, par définition, de leur formation à l’étranger
    • Stage : les règles du public en stage sont applicables ici (cf. 1.3 ci-dessus).
  • Pour les étudiants internationaux en mobilité entrante d'études et stage :
    • Poursuite des études avec des enseignements en ligne sur les plateformes de l’université ou d’autres plateformes. En cas de besoin, un accompagnement à distance est proposé sur la page https://www.univ-reunion.fr/coronavirus-faq
    • les règles du public en stage sont applicables ici (cf. 1.3 ci-avant) lorsque l’université de La Réunion est partie à la convention de stage.

1.4.2 Dispositions particulières aux UE spécifiques DRI

Les UE spécifiques DRI se poursuivent. 

Pour toute question pédagogique, vous pouvez vous rapprocher de votre enseignant habituel ou, pour toute autre question, écrire à : maisondeslangues[at]univ-reunion.remove-this.fr 


1.4.3 Dispositions particulières au public ERASMUS

Concernant les mobilités étudiantes, l’établissement peut activer  la clause de force majeure, qui permettra :

  • de rendre éligible toute mobilité de moins de trois mois pour un étudiant qui devait effectuer un semestre ou une année dans un établissement d’enseignement supérieur à l’étranger et qui souhaiterait rentrer dans son établissement d’origine. Sa bourse lui sera donc versée jusqu’à son retour en France. En revanche, une fois l’étudiant sur le sol français, il ne pourra plus bénéficier du montant de la bourse, la mobilité étant achevée ;
  • de prendre en charge les frais supplémentaires inhérents à un retour anticipé de l’étudiant (ex : un billet de train ou d’avion pour revenir en France).

1.4.4 Dispositions particulières aux étudiants internationaux en mobilité entrante dans l’établissement

Les étudiants internationaux engagés dans une formation et dont le titre de séjour arriverait prochainement à expiration font l'objet d'une attention spécifique du gouvernement afin que leur titre de séjour soit prolongé. 

 

2 - Je suis enseignant

Le principe général de la continuité consiste à ce stade à utiliser Internet pour substituer la modalité présentielle par la modalité distancielle. Toutes les activités pédagogiques sont concernées. 

Dans l’usage des outils et ressources qui seront évoqués ci-après, il sera indispensable de veiller à ce qu’aucune rupture d’égalité entre étudiants n’apparaissent, notamment du fait de pré-requis techniques trop élevés ou pour des raisons d’accessibilité numérique (étudiants porteurs de handicap). Dans ce contexte, il est rappelé que le texte est le contenu le moins clivant.

Face aux nombreuses ressources disponibles, ce document se veut un guide pour permettre aux équipes pédagogiques de choisir les outils les plus adaptés à leurs besoins. Il ne s’agit pas ici de proposer une liste exhaustive mais au contraire une sélection restreinte de solutions fiables, simples et pour lesquelles un accompagnement peut, dans la majorité des cas, être proposé par les services de l’établissement

D’autres outils et services en ligne non cités ici peuvent être utilisés mais il faudra alors vérifier :

  • qu’ils soient conformes au Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD)
  • qu’ils ne requièrent pas l’inscription obligatoire des usagers à un service privé pour pouvoir consulter une ressource mise à disposition sur le-dit service
  • qu’ils soient gratuits pour les usagers

Quel que soit l'outil que utilisé, la concentration de l’enseignant doit porter sur la pédagogie, pas seulement sur la plateforme : les attributs d’une salle de classe physique ne garantissent pas qu’une classe est efficace et favorise la participation des étudiants. Il en va de même pour les plateformes en ligne. Le temps passé à réfléchir à la façon dont sera conduit l’enseignement en s’appuyant sur cette technologie sera vertueux. En particulier, les équipes pédagogiques sont invitées à réfléchir à ce que leurs stratégies pédagogiques en classes se traduisent bien dans le cadre à distance, ce qui n’est souvent pas le cas, et quelles nouvelles approches elles pourraient intégrer.

Le directeur des études / responsable de formation doit être au cœur du dispositif de continuité pédagogique, il devra coordonner le travail des équipes pédagogiques, notamment en établissant des tableaux de bord de toutes les activités qui sont proposées, en évaluant le temps nécessaire à la réalisation des travaux demandés. Il s’agira de faire en sorte que les activités soient réparties de façon à ce que l’ensemble des enseignements puissent se réaliser au regard d’un programme précis et ainsi d’éviter une surcharge sur des créneaux identiques.

Un tableau des alternatives au présentiel adapté à l’établissement est proposé sur le lien suivant.

 

Certains étudiants ont des besoins liés à des conséquences notamment de troubles moteurs, sensoriels (visuels ou auditifs), cognitifs, psychiques, maladies invalidantes qui peuvent engendrer des freins divers dans l’accès au savoir. Ces étudiants bénéficient déjà pour le semestre en cours d’un plan d’accompagnement aussi bien pour le suivi des études que pour la passation d’examen. Ces plans sont personnalisés et peuvent comporter des aides humaines, des aides techniques et/ou des aménagements de parcours.

Pour certains étudiants, la « non accessibilité » de vos supports ou de vos modalités d’enseignement  comme l’absence d’accompagnement individualisé pourraient les empêcher d’avoir accès aux contenus de vos enseignements.

Nous vous invitons dès la conception de vos nouvelles modalités à :

Si l’accessibilité des supports pédagogiques est obligatoire réglementairement et développée depuis quelques années dans le cadre des schémas directeurs handicap des établissements, les circonstances actuelles accélèrent la nécessité de les mettre en œuvre pour les modalités distancielles. Le ministère collecte actuellement ces outils afin de vous les proposer.

  • Vous rapprocher de la mission handicap afin de lui signaler le format de vos modalités d’enseignement. Elle pourra, avec vous, prévoir de réajuster les modalités d’accompagnement individuelles des plans d’accompagnement (aides humaines, aides techniques…). Si des aides humaines restent nécessaires (prise de notes, tutorat…), il conviendra de prévoir comment répondre aux mêmes besoins de l’étudiant par des modalités adaptées.
    Ces démarches devront aussi être réalisées auprès de ce même service pour la conception de vos modalités d’évaluation. Sans anticipation, la passation des examens peut devenir impossible pour certains étudiants.

L’adaptation de vos enseignements ou de vos modalités d’évaluation pour ces publics ne nécessite pas beaucoup d’investissement lorsqu’elle est prévue en amont, contrairement à ce qu’impliquent des adaptations nécessaires à réaliser en aval. En outre, toutes ces adaptations sont toujours bénéfiques à tous les étudiants.

 

On s’intéresse dans cette section aux outils permettant de mettre à disposition des ressources et à ceux qui permettent de maintenir un lien avec le public étudiant (communication dans le cadre pédagogique).

Deux modalités sont possibles : 

  • La modalité asynchrone : elle n’impose pas aux formateurs et aux étudiants d’être connectés au même moment. Chacun peut travailler à des moments différents, pourvu que ce soit dans l’intervalle de temps autorisé par l’équipe pédagogique. Exemple : un document est disponible pendant une semaine
  • La modalité synchrone : dans la mesure où il s’agit ici d’une communication en direct (« live » en anglais), tout le monde doit être connecté au même moment

Dans le contexte de ce PCP, il est fortement déconseillé de recourir à la modalité synchrone dans la mesure où elle est beaucoup plus sensible aux aléas techniques (ou non techniques) pouvant survenir pendant le direct. Ainsi, une congestion réseau chez l’enseignant entraîne chez tous les étudiants connectés qui suivent l’événement une baisse de qualité voire une déconnexion. Dans le même ordre d’idée, quelqu’un qui aura une mauvaise qualité de connexion ne pourra pas suivre l’événement se déroulant en direct. 

Enfin, il est aussi à craindre que les outils de la modalité synchrone connaissent eux-mêmes une saturation devant l’usage intensif qu’ils vont connaître. Dans tous les cas, il sera possible de procéder à une remontée des problèmes rencontrés grâce au système de ticket évoqué plus loin dans ce PCP à la section 2.4.

2.3.1.1 Partager des documents textuels (PDF ou autres)

Diffuser des ressources sous la forme de documents numériques est aisé. 


2.3.1.1.1 Conception de documents

Le format à privilégier est le PDF, qui peut être généré avec la plupart des logiciels bureautiques actuels. 

La conception se fait donc avec l’outil de son choix. On en rappellera ici quelques-uns :

  • LibreOffice : alternative gratuite de Microsoft Office pour la création de textes, tableaux et diaporamas. Niveau de difficulté : très facile.
  • Google Apps : équivalent à une suite bureautique, mais en ligne avec possibilité de partage et de travail collaboratif. Accessible avec ses identifiants professionnels de l’établissement Niveau de difficulté : très facile.

2.2.3.1.2 - Diffusion de fichiers

Pour la diffusion au public étudiant, plusieurs services internes sont utilisables :

  • Moodle : plateforme de cours en ligne, c’est la plus proche du fonctionnement en présentiel puisqu’elle est organisée en diplômes contenant chacun des cours. Un document est donc mis dans le cours approprié et les étudiants appartenant à ce cours et seulement eux ont accès à ce document. Niveau de difficulté : moyen.
  • Bureau Virtuel : plateforme de travail collaboratif, elle permet aussi de partager des fichiers à l’intérieur de groupes. Il suffit donc de demander aux étudiants de rejoindre le groupe approprié pour accéder aux fichiers. Niveau de difficulté : facile.
  • Filesender : c’est à la base un outil de transfert de fichiers volumineux. Il permet de mettre sur des fichiers en ligne comme on joint des pièces jointes à un message électronique. La durée de disponibilité d’un fichier en ligne est par contre limitée à 30 jours maximum, après quoi il est effacé. Niveau de difficulté : très facile.
  • Google Drive : autre service de Google disponible dans l’établissement, le Drive fonctionne comme le Bureau Virtuel à la différence près que la gestion des droits d’accès au contenu est différente. Tout usager disposant d’un compte professionnel (adresse de messagerie en @univ-reunion.fr) dispose d’un accès à cet outil. Un fichier déposé sur le Drive doit cependant être partagé par un lien direct, sans obliger les usagers étudiants à créer un compte Google pour y accéder. Niveau de difficulté : facile.

2.3.1.2 - Créer un contenu audio (son uniquement)

Si le cours à porter en numérique peut être porté par un discours oral, sans visuel, il est très aisé d’enregistrer sa voix pour créer un fichier son qui sera ensuite diffusé selon l’une des modalités évoquées ci-avant à la section 2.3.1.1.2.

2.3.1.2.1 Solution 1 : utilisation d’un ordinateur portable et du logiciel Audacity

La quasi-totalité des ordinateurs portables sont munis d’une webcam et d’un microphone intégrés au châssis. Le logiciel gratuit et open source Audacity permet d’enregistrer et de d’exporter sa voix en MP3, format très courant pour la diffusion de contenu audio. Niveau de difficulté : facile.

2.3.1.2.2 Solution 2 : utilisation d’un smartphone

Tous les smartphones sont livrés avec une application Dictaphone. Il est possible de l’utiliser pour s’enregistrer et générer un fichier prêt à être mis en ligne. Niveau de difficulté : très facile.


2.3.1.2.3 Créer un contenu audio/vidéo

On parle ici de podcasts, c’est-à-dire des séquences de quelques minutes à quelques heures. Le contenu visuel est libre : il peut s’agir aussi bien de la personne qui parle comme d’animations ou encore le contenu de l’écran d’un ordinateur (qui projetterait par exemple un diaporama). Dans ce dernier cas, on parle de screencast.

Dans la majorité des cas, les screencasts seront suffisants pour produire un support de cours. Pour en produire un, un ordinateur portable muni du logiciel approprié suffisent. La diffusion du fichier se fait comme évoqué à la section 2.2.1.1.2 mais aussi si on le souhaite sur la plateforme de podcast Pod de l’établissement.

Il faudra par contre faire attention à ne pas laisser d’information confidentielle à l’écran durant l’enregistrement.

Le processus de création est différent selon que l’on utilise un PC avec Windows ou Linux d’une part ou un Mac d’autre part.

2.3.1.3.1   Faire un screencast avec Avec un PC sous Windows ou Linux

Plusieurs logiciels aux caractéristiques très variées existent pour capturer ce qui se passe sur l’écran. La préconisation est d’utiliser OBS Studio (https://obsproject.com/) car il est gratuit et open source. Il est également disponible sur Mac. Niveau de difficulté : moyen.

 

2.3.1.3.2 Faire un screencast avec un Mac

Tous les Mac sont livrés avec QuickTime Player qui permet de faire un enregistrement de l’écran tout en capturant le son du microphone intégré. Niveau de difficulté : très facile.

 

2.3.1.3.3 Faire un Podcast (tout type d’ordinateur)

Pour enregistrer une vidéo depuis la webcam et le micro d’un ordinateur, l’application Opencast Studio (https://studio.opencast.org/) peut être utilisée. Bien que cette application fonctionne dans un navigateur, elle enregistre la vidéo dans un fichier local, sur le disque de l’ordinateur utilisé, pas sur Internet. Opencast Studio permet par la suite de diffuser le fichier enregistré sur la plateforme éponyme, ce qui est déconseillé : on utilisera à la place les outils de diffusion évoqués dans la section Diffusion de fichiers de ce PCP. Niveau de difficulté : très facile.


2.3.1.2.4 Communiquer avec les étudiants grâce à un forum

Le forum est un outil d’échange de messages dans lequel chaque participant consulte au moment de son choix les échanges, en temps différé, donc. Le point de départ est la création d’un sujet sur le forum sur lequel les autres participants réagissent. 

Le forum a l’avantage de garder une trace des informations publiées, si bien que quelqu’un qui le rejoint a l’historique des messages, ce qui évite des répétitions. 

Moodle dispose d’une activité Forum. Elle est à intégrer dans un cours. Niveau de difficulté : moyen.


2.3.1.5 Créer un quizz

Moodle permet aussi de créer des Questionnaires à Choix Multiples, des quizz. La conception de ces actions de formation se fait en deux temps :

  • Rédaction des questions à l’intérieur de la banque de questions
  • Création d’une activité de type Test dans laquelle sont importées les questions

Les quizz sont corrigés automatiquement par la machine quand c’est possible (hors questions ouvertes). Niveau de difficulté : moyen.

 

2.3.2.1 Organiser une conférence

Les systèmes de conférence audio/vidéo permettent d’organiser des réunions comme des cours en ligne en direct. Ils nécessitent toutefois des bonnes conditions techniques (notamment en terme réseau) pour être exploités de façon optimale, pour l’animateur de la conférence comme pour ceux qui y assistent.

Il existe de nombreux outils, majoritairement proposés par des acteurs privés sans qu’il n’existe nécessairement un contrat avec l’établissement pour le moment. Leur utilisation est donc livrée à la responsabilité du formateur et l'accompagnement n’est pas toujours disponible. De plus, la plupart d’entre eux peuvent connaître un engorgement conséquent en cette période particulière, ce qui rend leur utilisation hasardeuse. La page suivante du blog outilstice.com recense plusieurs plateformes gratuites et pouvant être utilisées sans inscription préalable : http://t.univ-reunion.fr/1712.

Dans ce contexte, 3 solutions peuvent être préconisées :

  • Google Meet (https://meet.google.com/) : cette solution a l’avantage d’être intégrée aux outils Google déjà disponible dans l’établissement. Elle peut donc être utilisée à partir de tout compte professionnel de l’Université et supporte jusqu’à 250 connexions simultanées à une conférence. L’enregistrement de la conférence est possible, le fichier est alors directement stocké dans le service Google Drive de l’animateur sans quota. Niveau de difficulté : très facile.
  • Zoom (http://zoom.us/) : cette solution dispose d’une offre gratuite autorisant des conférences jusqu’à 100 participants. L’animateur de la conférence doit se créer un compte sur la plateforme zoom.us afin de mettre en place ses conférences. Le service peut être utilisé depuis le navigateur Chrome (ou sa variante libre Chromium) ou par l’intermédiaire d’une application dédiée. Dans ce dernier cas, il est indispensable d’utiliser la version la plus récente, pour des raisons de sécurité. Pour les mêmes raisons, l’animateur qui crée une conférence devra impérativement protéger l’accès à celle-ci par un mot de passe à communiquer uniquement à ceux qui doivent la suivre et désactiver la possibilité pour le public de l’enregistrer à son insu dans les options de gestion des participants. L’accessibilité numérique de cette solution est excellente. Niveau de difficulté : très facile.
  • Jitsi (instance de l’Education Nationale, https://educnat-ensemble.scaleway.com/) : bien qu’hébergée par la société privée Scaleway, cette instance de Jitsi résulte d’une initiative du Ministère de l’Éducation Nationale. Elle a l’avantage de ne pas avoir de limite de nombre de participants et de ne nécessiter aucune création de compte (ni de l’animateur de la conférence, ni des participants). En revanche, la qualité du son et de l’image, ainsi que l’accessibilité, sont en retrait par rapport aux deux autres solutions proposées. Niveau de difficulté : très facile.

Aucune de ces 3 solutions n’oblige les participants aux conférences à se créer un compte : dans tous les cas, il suffira de partager le lien vers la conférence pour pouvoir la rejoindre. Ainsi, pour un cours, il suffira d’envoyer aux étudiants concernés le lien de connexion avec la date et l’heure de l’enseignement.


2.3.2.2 Chat

Intégrée à Moodle, l’activité chat permet de faire des discussions textuelles par l’intermédiaire de messages instantanés. Elle nécessite que tous les acteurs soient connectés au même moment. Cependant, la discussion peut se poursuivre en l’absence de l’organisateur tant que celui-ci n’a pas clôturé le chat. Par défaut, tous les messages sont enregistrés.

Cet outil ne demande pas beaucoup de ressources pour fonctionner et est accessible. Niveau de difficulté : facile.


2.3.2.3 Vote électronique (Wooclap)

Sur le principe, une plateforme de vote électronique comme Wooclap peut être utilisée. Se pose néanmoins la question de la communication entre l’intervenant et ses étudiants, qui doit être assurée par une autre plateforme de conférence audio/vidéo. L’action est pour cette raison délicate à mettre en place puisqu’il faut maîtriser plusieurs outils simultanément pour rétablir la même qualité d’interaction qu’en présentiel. Niveau de difficulté : moyen.


Il n’existe pour le moment pas de solution alternative pour l'enseignement des travaux pratiques qui requièrent de l’équipement particulier.

Si la production de ressources numériques n’est pas envisageable, alors il est préconisé de simplement proposer des liens vers des cours ou éléments de cours déjà existants. 

Après identification des pointeurs les plus pertinents pour un cours donné, il suffira de communiquer au public étudiant par message les liens des supports à travailler.

Plusieurs sources de contenus scientifiquement fiables sont proposées ci-après.


2.2.4.1 Livres et revues en lignes des BU

Le Service Commun de la Documentation (SCD) propose plus de 25 000 revues et 90 000 livres numériques accessibles en ligne 24h/24. Pour y accéder, il suffit de se connecter au portail https://bu.univ-reunion.fr/chercher-trouver avec ses identifiants de l’établissement. 

Ces ressources sont accessibles à tous : enseignants, enseignants chercheurs, CEV (sous réserve de disposer d’un compte informatique), étudiants et personnels administratifs.


2.2.4.2 Accès à des ressources numériques nationales

Plusieurs acteurs renommés du monde numérique scientifique français ont ouvert leurs ressources. Parmi eux :

Plusieurs dizaines de milliers de ressources et activités validées scientifiquement et couvrant tous les domaines sont ainsi accessibles gratuitement. 

 

2.4.1 - Cadre général

Les actions d’évaluation peuvent être entreprises avec des moyens numériques dès lors que l’on s’assure qu’elles ont le même degré de confiance que leurs déclinaisons présentielles (cf. décret n° 2017--‐619  du 24 avril 2017 relatif à la mise à disposition d'enseignements à distance dans les établissements d'enseignement supérieur).

La question de la télésurveillance d’épreuves en temps limité est difficile à résoudre : très coûteuse, elle fait aussi peser sur le public étudiant des contraintes techniques. Elle n’est donc pas envisagée pour l’instant. 

La stratégie de poursuite d’activité consiste donc à adapter les actions d’évaluation à ce que permettent de réaliser les outils numériques actuellement disponibles.

Adaptation des modalités de contrôle des connaissances, des horaires, des conditions d’assiduité etc. : à condition de respecter un délai raisonnable d’information des étudiants, des examens à distance, des aménagements horaires et de nouvelles conditions d’assiduité sont susceptibles d’être organisés. Ce point relatif aux évaluations (contrôles terminaux et continus) sera développé ultérieurement. 

Dans l'immédiat, pour les enseignants et enseignants chercheurs qui ont déjà conduit en 2019-2020 des examens à distance avec leurs étudiants, rien ne change (notamment si cette modalité avait été prévue dans les Modalités de contrôle des connaissances - MCC). Pour tous les autres, il convient pour l'instant de reporter les examens qui ne se feraient pas conformément aux MCC

Pour l'heure,

1. Il est fondamental de respecter les MCC (des modifications pourront être envisagées ultérieurement ; le Ministère étudie cette question). Chaque responsable de formation/d'année se conforme donc aux dernières MCC validées par les instances pour la formation/l'année en question.

2. Toutes les évaluations qui passaient par des travaux à rendre ou par moodle peuvent être maintenues en l'état.

3. Toutes les évaluations qui étaient prévues pour se tenir exclusivement sur table, donc en présentiel, sont reportées. Il n’est à ce stade pas possible de les remplacer  par des évaluations à distance, sauf si les MCC (règlement des études et maquettes de formation) le prévoient. Exemple :

« Chacun des enseignements donne lieu à une épreuve terminale écrite ou orale, selon le choix de l’enseignant concerné. Cette épreuve peut être librement conçue et prendre la forme d’une épreuve en salle, d’un dossier à remettre, d’un exposé oral ».

4. Des travaux supplémentaires peuvent être demandés et effectués à distance, à nouveau uniquement si les MCC (règlement des études et maquettes de formation) le précisent. Par exemple :

"La note de contrôle continu (CC) intègre au moins XXX notes qui peuvent être un ou plusieurs écrits de contrôle effectué(s) lors et/ou en dehors des séances de travaux dirigés et/ou une note de participation prenant en compte la présence de l’étudiant, ses interventions orales et/ou des travaux rendus à la demande du chargé d’enseignement ».

Ou encore :

« Le contrôle continu des connaissances a pour but d’évaluer l’aptitude de l’étudiant et sa progression dans la discipline concernée. Il peut être librement conçu et prendre la forme de plusieurs devoirs en salle, ou le rendu de plusieurs travaux successifs. »

5. Les outils disponibles pour la réalisation des examens oraux et des entretiens à distance seront précisés ultérieurement.


2.4.2 - Examens écrits

2.4.2.1 - QCM

La plateforme Moodle permet de réaliser des tests chronométrés à partir de l’activité décrite dans la section 2.3.1.5 - Créer un quizz - du présent PCP. L’outil permet de générer des tests aléatoirement à partir de la banque de question, ce qui, associé à une durée de test adaptée, rend chaque « copie virtuelle » quasiment unique et empêche l’entraide entre étudiants, pour peu que la banque de question soit suffisamment riche. Niveau de difficulté : moyen.

2.4.2.2 - Rendu de mémoires/dissertations

Moodle permet aussi de créer des devoirs de type composition qui consistent à composer directement sur la plateforme via un éditeur rappelant un traitement de texte. Il est aussi possible d’autoriser le public étudiant à rendre un document Word ou LibreOffice Writer. 

Puisqu’il est impossible d’empêcher de faire des recherches sur Internet, la particularité, dans le cas où ce type d’évaluation est retenu, est de créer un sujet d’examen qui soit suffisamment complexe pour nécessiter ce type de recherche. Niveau de difficulté : facile.


2.4.3 - Oraux et Soutenances

Les outils de conférences sur le web listés à la section 2.3.2.1 sont tout à fait adaptés à cet usage. Il faudra simplement s’assurer en début de soutenance que l’environnement autour de l’étudiant qui soutient est conforme aux normes attendues pour ce type d’exercice. Pour cette dernière raison, les oraux par téléphone sont à proscrire. 

D’autres outils peuvent être utilisés, quoique normalement déconseillés en milieu universitaire en temps normal : Skype, Discord, etc. 

Niveau de difficulté : de très facile à moyen.

 

Un accompagnement est proposé aux équipes pédagogiques par l’intermédiaire : 

  • d’un système de gestion de ticket façon « hotline »
  • d’un cours d’autoformation à Moodle
  • de vidéos de prises en main

Le point d’entrée de ces dispositifs se sur la page https://www.univ-reunion.fr/formation/accompagnement-peda-enseignants

3 - Je suis un personnel

Les consignes reçues stipulent que l’activité pédagogique doit se poursuivre, tout en assurant l’application des mesures limitant la propagation de l’épidémie. La dématérialisation très fortement encouragée s’applique donc aussi, autant que faire se peut, au support administratif à la pédagogie. 

Les équipes de la DSI font le nécessaire pour que l’infrastructure soit capable de supporter le surcroît d’activité et feront de leur mieux pour assurer la persistance de cette infrastructure pendant le temps nécessaire.

Il est néanmoins conseillé à chacun de se montrer mesuré dans l’utilisation de cette infrastructure, par exemple en limitant le recours à des fichiers trop volumineux. 

La page principale d’accès à l’information sur le PCP se situe à l’adresse https://www.univ-reunion.fr/coronavirus-faq. Elle sera amenée à évoluer très fréquemment. 

Chaque équipe pédagogique garde le contact avec ses cohortes d’étudiants selon les modalités qu’elle a l’habitude d’utiliser depuis le début de l’année universitaire. 

4 - Questions en attente de réponse

La question a été soulevée au niveau national, une réponse commune à tous les établissements devrait être donnée rapidement.

Des réflexions sont en cours pour trouver des pistes de solutions.