Travaux de rénovation des campus du Moufia et de Terre-Sainte

En accompagnement du développement constant de notre établissement depuis sa création il y a quarante ans, le patrimoine immobilier de l’Université de La Réunion s’est constitué progressivement et 25 à 30% des surfaces ont été construites il y plus de 25 ans. Soumise à un climat tropical, très majoritairement à proximité de l’océan, ce patrimoine […]

En accompagnement du développement constant de notre établissement depuis sa création il y a quarante ans, le patrimoine immobilier de l’Université de La Réunion s’est constitué progressivement et 25 à 30% des surfaces ont été construites il y plus de 25 ans.

Soumise à un climat tropical, très majoritairement à proximité de l’océan, ce patrimoine doit faire face à des contraintes spécifiques d’environnement et donc d’usure. Ces contraintes sont également des opportunités de développer et d’expérimenter des solutions d’aménagement et des techniques originales pour répondre aux besoins des utilisateurs.

La stratégie immobilière de l’Université de la Réunion s’appuie en ce sens sur les orientations de la Politique Immobilière de l’Etat (PIE) et les problématiques majeures mises en évidence par le diagnostic de son parc immobilier. Il s’agit principalement d’assurer la pérennité du patrimoine en traitant la vétusté des bâtiments les plus anciens et de contribuer à la transition énergétique par l’amélioration de la performance énergétique du bâti


Les priorités de l’Université de La Réunion telles qu’énoncées dans son schéma pluriannuel
de Stratégie Immobilière (SPSI) 2018 – 2022 sont actuellement les suivantes :

  1. Spécialiser les campus et affirmer leur identité ;
  2. Rénover et rationaliser les infrastructures existantes ;
  3. Finaliser les projets de constructions neuves ;
  4. Assurer la soutenabilité financière.

Opération d’amélioration de la performance

Sur la base de diagnostics énergétiques réalisés entre novembre 2018 et juin 2019 et sous l’égide de la direction technique du patrimoine immobilier (DTPI), deux sites ont bénéficié d’opération de rénovation thermique et de Gros Entretien Réparation (GER), à savoir le campus du Moufia et celui de Terre-Sainte.

Les bâtiments retenus ont été choisis en raison de leur forte utilisation, de leur importante consommation électrique et de leur faible performance énergétique. Les bâtiments L1, L2, E1a, D1, E6, S1, E1b sur le site du Moufia et les départements 1, 2, 3 et 4 sur le site de Terre Sainte ont été concernés.

Globalement sur les deux campus, les opérations d’amélioration de la performance énergétique ont consisté en un retrait des menuiseries (qui ne permettaient pas de ventilation), remplacées aujourd’hui par des jalousies accompagnées de brasseurs d’air et d’un nouveau système de climatisation, d’éclairages pour des nouvelles génération de LED, de brise-soleil et d’une isolation de la toiture pour un confort thermique des usagers des bâtiments.
Ces rénovations énergétiques et bâtimentaire qui s’achèvent d’ici la fin de l’année 2022 ont été financées par les fonds FEDER et l’État, pour un montant total de 7,955 millions d’euros (6 ,510 M€ pour la performance énergétique et 1,445 M€ pour le gros entretien réparation (GER).

Sur le campus du Moufia, le bâtiment L1 de la Faculté de Lettres et Sciences Humaines a notamment fait l’objet de travaux particulièrement importants additionnant des travaux de rénovation énergétique et de GER.


Nous avons donc pu entreprendre des travaux sur la peinture, le remplacement d’une partie des faux-plafonds, la mise à niveau des équipements de sécurité incendie pour les personnes valides et les personnes en situation de handicap, les menuiseries extérieures et la rénovation des sanitaires permettant leur accessibilité aux personnes à mobilité réduite (PMR).


Ces travaux ont été réalisés en collaboration étroite avec les doyens des composantes, les
responsables administratifs, les correspondants de sites, le responsable technique du campus du Terre Sainte, dirigés en interne pour la partie technique et organisationnelle par la DTPI et pour le suivi financier par la Direction de l’immobilier et du suivi des fonds européens (DIFE).

Un bel exemple de synergie réussie au sein de notre université.

Haut de page